Les jeunes et COVID-19

Étude à méthodologie mixte sur les jeunes et COVID-19 au Luxembourg

Champ de travail Monitoring

Comment les jeunes au Luxembourg gèrent-ils les conséquences sociales, économiques et en termes de santé de la prévention du COVID-19 ? Respectent-ils les mesures prises pour endiguer la pandémie ? Y a-t-il des différences selon le sexe, l’âge ou le statut social ? Les réponses à ces questions sont données par Young People and COVID-19, l’étude Corona la plus complète réalisée au Luxembourg sur la base d’échantillons aléatoires.

De quoi traite l’étude YAC ?

Les jeunes ont peu de risques de contracter une maladie grave à cause du COVID-19, mais ils constituent un maillon important de la chaîne de transmission. Au début de la pandémie de COVID-19, les premières études indiquaient que les jeunes et les jeunes adultes pourraient avoir des difficultés particulières à accepter et à respecter les directives et les mesures gouvernementales de prévention et de contrôle de la maladie. Certaines des mesures prises pourraient en outre nuire fortement au développement des jeunes. Quelles sont les conséquences à court, moyen et long terme des lockdowns, des restrictions de contact et des fermetures d’écoles sur la formation, la carrière professionnelle, la situation économique, le développement psychosocial et la santé mentale ?

L’étude YAC génère des connaissances nécessaires pour relever les défis liés à la crise COVID-19. Pour ce faire, elle examine comment les jeunes Luxembourgeois respectent et acceptent les mesures publiques de prévention et de contrôle de la transmission du COVID-19. Il détermine également les conséquences économiques, psychosociales et en termes de santé de ces mesures pendant et après la pandémie de COVID-19, par rapport à une situation de départ prépandémique que nous avons pu recueillir en 2019. Les inégalités entre et au sein des groupes socio-économiques, entre les différents groupes d’âge ou entre les sexes en ce qui concerne l’acceptation et les conséquences des mesures présentent un intérêt particulier.

L’Université du Luxembourg (uni.lu) et le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse (MENJE) financent l’étude YAC Young People and COVID-19. Le Luxembourg National Research Fund (FNR) a cofinancé l’enquête YAC 2020 et 2021.

Sur quelles données se base l’étude YAC ?

L’étude YAC est une étude exhaustive à méthodes mixtes basée sur des échantillons aléatoires parmi les habitants du Luxembourg âgés de 12 à 29 ans. Plus de 3000 jeunes sont interrogés lors de chaque période d’enquête.

En 2020, année de création de l’étude YAC, le projet a profité des études existantes au Centre for Childhood and Youth Research qui traitaient déjà des questions de santé des enfants et des jeunes au Luxembourg : les designs de recherche de l’étude HBSC Health Behaviour in School-Aged Children, ainsi que du Youth Survey Luxembourg 2019 ont permis de mettre rapidement en place une étude spécifique à COVID-19.

Les questionnaires en ligne de l’étude YAC s’orientent pour chaque phase de l’enquête au contenu du Youth Survey Luxembourg. En outre, ils utilisent des indicateurs qui sont bien établis dans la recherche internationale. Cela rend l’étude YAC comparable aux analyses d’autres études. De plus, cela garantit la validité des indicateurs choisis. Les blocs de questions spécifiques à COVID-19, qui manquent dans l’enquête Youth Survey Luxembourg, confèrent à l’étude YAC sa focalisation particulière sur la pandémie. Pour ces questions, d’autres équipes de recherche établies au Luxembourg ont été contactées afin de pouvoir collecter des batteries de questionnaires comparables sur le groupe cible jeune, par exemple sur le statut vaccinal et la volonté de se faire vacciner.

L’étude YAC, tout comme l’enquête Youth Survey Luxembourg, recueille des données sur des domaines pertinents tels que l’éducation et l’emploi, la situation sociale et la santé. La tranche d’âge des personnes interrogées est plus large dans l’étude YAC que dans le Youth Survey Luxembourg : les enfants et les jeunes de 12 à 15 ans sont interrogés uniquement dans l’étude YAC, mais pas dans le Youth Survey. Les jeunes jusqu’à 29 ans sont interrogés par les deux études.

Afin de s’assurer que les données sont représentatives de ce groupe cible, les chercheurs adressent une demande au Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE), qui peut sélectionner des personnes dans le Registre national des personnes physiques (RNPP). Le CTIE détermine les participants éligibles au moyen d’un échantillon aléatoire stratifié proportionnel. Pour ce faire, il tient compte de la répartition par âge, par sexe et par canton.

Les chercheurs de l’étude YAC contactent les répondants sélectionnés par des invitations postales personnalisées contenant de plus amples informations sur le projet, ainsi que sur sa politique de protection des données. Les personnes contactées répondent volontairement à l’enquête. Les interviews web assistées par ordinateur sont disponibles sur un site web créé à cet effet.

Afin d’évaluer la situation au début et à la fin de la pandémie, l’étude YAC prévoit plusieurs périodes d’enquête : Jusqu’à présent, des enquêtes distinctes ont été menées en 2020 et 2021.

En 2020, première année d’enquête, les chercheurs ont complété l’enquête représentative standardisée par des entretiens qualitatifs. Compte tenu de la situation pandémique inédite, ils ont ainsi acquis une compréhension approfondie de la situation et obtenu des évaluations subjectives des jeunes et des jeunes adultes. Cette approche qualitative n’a pas été poursuivie lors de l’enquête de suivi de 2021.

Quelles publications soutiennent les enquêtes YAC ?

Chaque enquête YAC (2020, 2021, …) comprend un rapport sur les données provisoires, une fiche de données clés et un rapport technique. En outre, des résultats sélectionnés sont publiés dans des revues spécialisées.

Rapports sur les données provisoires

Le rapport sur les données provisoires résume les résultats de l’analyse. Les modèles, les tendances et les corrélations que les chercheurs rencontrent dans les données d’enquête sont résumés dans ce rapport sous la forme d’une analyse provisoire. Cette forme de présentation permet à un large public d’accéder aux nouvelles connaissances. Il est rédigé dans les principales langues du Luxembourg : Luxembourgeois, français, allemand, portugais et bien sûr aussi en anglais.

2021
Young People and Covid-19 II:

Développements de 2020 à 2021, disposition à se faire vacciner et répercussions de la pandémie
Résultats provisoires d’un sondage représentatif auprès d’adolescents et de jeunes adultes au Luxembourg

Versions linguistiques: EN, FR, LU, PT

lire PDF

2020
YAC Young People and COVID-19

Résultats provisoires d’un sondage représentatif auprès d’adolescents et de jeunes adultes au Luxembourg

Versions linguistiques: EN, FR, LU, PT

lire PDF

Fiches de données clés

La fiche de données clés fournit des informations complémentaires au rapport sur les données provisoires. Elle sert d’annexe aux tableaux et graphiques volumineux qui prendraient trop de place dans le rapport principal.

2021
Young People and Covid-19 II:

Développements de 2020 à 2021, disposition à se faire vacciner et répercussions de la pandémie
Résultats provisoires d’un sondage représentatif auprès d’adolescents et de jeunes adultes au Luxembour

lire PDF

2020
YAC Young People and COVID-19

Données clés des résultats provisoires d’un sondage représentatif auprès d’adolescents et de jeunes adultes au Luxembourg

Versions linguistiques: EN, FR

lire PDF

Rapports techniques

Le rapport technique fournit des informations complètes sur les paramètres méthodologiques de l’année d’enquête correspondante de l’étude YAC. Le rapport fournit des informations sur le développement et la base conceptuelle du questionnaire, sur la procédure d’échantillonnage, sur la collecte des données ainsi que sur le traitement de l’ensemble des données. Ces informations permettent de comprendre la base et le développement des données de l’enquête – de la planification à l’analyse finale de l’ensemble des données.

2020
YAC Young People and COVID-19

Social, Economic, and Health Consequences of Infection Prevention and Control Measures among Young People in Luxembourg Technical Report 2020

Sprachversionen: EN

PDF lesen

Pourquoi l’étude YAC est-elle importante ?

L’étude YAC permet une évaluation large et approfondie des effets à court, moyen et long terme de la crise COVID-19 sur la vie des jeunes. Nous mettons ici à disposition les résultats des différentes enquêtes au fur et à mesure. Ils soutiennent la prise de décision politique basée sur des faits dans le contexte des lacunes globales de la recherche sur la gestion de la pandémie COVID-19. En outre, les connaissances acquises sont intégrées dans de nombreux projets de recherche sur la jeunesse au Centre for Childhood and Youth Research : par exemple dans le rapport jeunesse luxembourgeois 2020 ou dans les publications dans le cadre du Youth Survey Luxembourg.

Feed de publications de l’étude YAC

Les publications scientifiques issues de l’étude YAC sont produites dans le cadre de la recherche sur la jeunesse au Centre de recherche sur l’enfance et la jeunesse (CCY) de l’Université du Luxembourg. Découvrez le flux de l’étude YAC :

Personne de contact

Samuel Robin

Robin Samuel

Prof. Dr Robin Samuel est Associate Professor et directeur du Centre de recherche sur l’enfance et la jeunesse (CCY) à l’Université du Luxembourg.

En savoir plus

Plus d'informations sur ce thème

Actualités du projet

Au-delà de la pandémie ? Les jeunes doivent rester au centre de la recherche

Au-delà de la pandémie ? Les chercheurs du CCY ont écrit un article pour le Lëtzebuerger Land (06.05.2022) sur les perspectives des jeunes sur la pandémie COVID-19. Les auteurs décrivent comment les jeunes du Luxembourg voient la pandémie COVID-19 et leur avenir. Les chercheurs se réfèrent aux résultats scientifiques de récentes études sur les jeunes au Luxembourg, qu'ils ont menées à l'Université du Luxembourg.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Le travail quotidien d'une chercheuse en sciences sociales

« Le quotidien des chercheurs est bien plus que des heures de lecture et de pipetage concentré en laboratoire », souligne le Dr Caroline Residori, chercheuse en sciences sociales. Elle a fait pour nous le déplacement avec Chercheurs à l'école.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Robin Samuel en interview avec Contacto

La journaliste Paula Santos Ferreira de Contacto a demandé au Prof. Dr Robin Samuel son avis sur les conséquences possibles de la pandémie actuelle pour les jeunes luxembourgeois. Son article actuel, dans lequel elle cite les résultats préliminaires de l'étude Young People and COVID-19 (YAC+), s'adresse à un large lectorat lusophone au Luxembourg.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Policy briefs liés

Consommation de substances chez les jeunes au Luxembourg : 2019 et 2020

Boire, fumer, fumer du cannabis – quelle est l’ampleur de la consommation de substances psychoactives chez les jeunes au Grand-Duché ? Afin de refléter la consommation de substances chez les adolescents et les jeunes adultes au Luxembourg, des questions sur la consommation d’alcool, de nicotine et de cannabis ont été posées dans les enquêtes représentatives...

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Téléchargements

Was Jugendliche für ihr Wohlbefinden und ihre Gesundheit tun oder nicht tun

Jugendliche entwickeln ein umfangreiches Repertoire an gesundheits- und wohlbefindensorientierten Verhaltensweisen. Ein großer Teil der Jugendlichen ernährt sich gesund, treibt Sport und verzichtet auf Alkohol und Tabak, um bewusst der eigenen Gesundheit nicht zu schaden bzw. diese zu fördern. Eine kleine Gruppe von Jugendlichen weist ein höheres Risikoverhalten auf. Diese Jugendlichen rauchen und trinken viel, sind sportlich weniger aktiv, häufiger an Mobbing und Schlägereien beteiligt und bewerten ihre Gesundheit und Lebenszufriedenheit niedriger. In den wohlbefindensorientierten und gesundheitsrelevanten Verhaltensweisen zeigen sich teilweise große Unterschiede nach Geschlecht, Alter und sozioökonomischem Status. Wohlbefindensorientiertes Handeln zeigt sich vor allem im Freizeitbereich – je nach Vorliebe unternehmen Jugendliche beispielsweise etwas mit ihren Freunden, gehen Hobbys nach oder entspannen sich zu Hause. Der Konsum von Alkohol oder Tabak, Medienkonsum oder ungesunde Ernährung werden ambivalent bewertet und können neben gesundheitsschädigenden Folgen auch kurzfristig positive Auswirkungen auf das Wohlbefinden haben (z. B. durch Entspannung, Spaß mit Freunden, sozialen Austausch). Jugendliche nehmen sich als selbstwirksam wahr, d. h., sie gehen davon aus, dass sie ihr Wohlbefinden und ihre Gesundheit in hohem Maße selbst beeinflussen können und nutzen entsprechende Bewältigungsmechanismen und Verhaltensstrategien zur Stärkung ihrer Resilienz. Durch die Covid-19-Pandemie hat sich das Freizeitverhalten der Jugendlichen stark verändert. Der Rückgang gesellschaftlicher Aktivitäten belastet sie, sie nehmen jedoch alternative Freizeitbeschäftigungen als Ausgleich auf.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Young People and Covid-19 II: Entwicklungen 2020 bis 2021, Impfbereitschaft und Auswirkungen der Pandemie

Die YAC-Studie der Universität Luxemburg hat zum Ziel, die Situation der jungen Menschen im Alter von 12 bis 29 Jahren in Luxemburg während der Pandemie umfassend und über mehrere Messpunkte (2020, 2021, 2024) hinaus abzubilden. Der vorliegende Bericht beschreibt auf Basis dieser vorläufigen Daten, wie junge Menschen in Luxemburg die Situation insgesamt bewältigen, wie besorgt sie wegen COVID-19 sind, aber auch, wie junge Menschen in Luxemburg die Maßnahmen zur Bekämpfung der COVID-19-Pandemie bewerten. Außerdem sollen in der diesjährigen Ausgabe die Einstellungen junger Menschen in Luxemburg zu COVID-19 Impfungen und den Auswirkungen der COVID-19-Pandemie und der damit einhergehenden Maßnahmen auf verschiedene Lebensbereiche wie z.B. mentale Gesundheit, das Zusammenleben mit der Familie oder die schulischen Leistungen, abgebildet werden.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Welche Bedeutung das soziale Umfeld für das Wohlbefinden der Jugendlichen hat: Familie, Freunde, Schule und weitere Lebensbereiche

Für einen Großteil der Jugendlichen sind die Eltern zentrale Ansprechpartner und Vertrauenspersonen, von denen sie Hilfe und Unterstützung erfahren. Ein vertrauensvolles Verhältnis zu den Eltern trägt maßgeblich zu einem positiven Wohlbefinden bei. Bei einer Minderheit der Jugendlichen wird das Wohlbefinden nachhaltig durch problembelastete Beziehungen zu den Eltern beeinträchtigt. Freunde sind für die meisten Jugendlichen nicht nur wichtige Freizeitpartner, sondern auch unterstützende Vertrauenspersonen, in deren Gemeinschaft sie Anerkennung erfahren und sich wohlfühlen. Eine Minderheit unter den Jugendlichen erfährt von anderen Gleichaltrigen jedoch nur wenig Unterstützung oder macht gar Mobbingerfahrungen, was ihr Wohlbefinden erheblich beeinträchtigt. Schulen, Jugendhäuser, Heime und betreute Wohnstrukturen sowie der Arbeitsplatz sind wichtige außerfamiliäre Lebensbereiche für die Jugendlichen. Vertrauensvolle, unterstützende Beziehungen zu den Erwachsenen (Lehrer, Erzieher, Vorgesetzte) und den anderen Jugendlichen (Mitschüler, Bewohner, Arbeitskollegen) erweisen sich als förderlich für ihr Wohlbefinden. Jugendliche schätzen die gesellschaftlichen Rahmenbedingungen in Luxemburg insgesamt positiv ein, vor allem den Rechtsstaat, den hohen Wohlstand und das Gesundheitssystem. Dagegen werden Umweltprobleme, Verkehrsprobleme oder die hohen Wohnkosten negativ gesehen und als Beeinträchtigung des Wohlbefindens verstanden. Jugendliche bewerten die ausgedehnte Zeit mit ihrer Familie während der Covid-19-Pandemie meist positiv; sie wird aber auch als Auslöser für Spannungen und Konflikte gesehen, wenn räumliche Bedingungen und Ressourcen eingeschränkt sind. Den eingeschränkten physischen Kontakt zu Freunden während der Covid-19-Pandemie schätzen Jugendliche zum Teil als belastend ein. Jugendliche sehen große Vorteile in der digitalen Kommunikation, bewerten diese aber nicht als gleichwertigen Ersatz für persönlichen Kontakt.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Young People and Covid-19 II: Evolution 2020 to 2021, Vaccination Willingness, and Impact of the Pandemic

The University of Luxembourg's YAC study seeks to establish a comprehensive picture of young people aged 12 to 29 in Luxembourg during the pandemic across multiple points of measurement (2020, 2021, 2024). This report uses this preliminary data to describe how young people in Luxembourg are coping with this situation in general, how concerned they are about COVID-19, and also how young people in Luxembourg perceive measures to combat the COVID-19 pandemic. Furthermore, this year's edition sets out the attitudes of young people in Luxembourg towards COVID-19 vaccinations and the impact of the COVID-19 pandemic and the associated measures on various areas of their lives, e.g. mental health, living together with family, or performance in school work.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus

Wie Jugendliche ihr Wohlbefinden und ihre Gesundheit einschätzen

Wohlbefinden wird von den Jugendlichen komplex definiert und umfasst neben der Gesundheit und einer inneren Zufriedenheit auch ein glückliches Leben mit sozialer Einbindung, Partnerschaft und einem erfüllenden Beruf in einer insgesamt sicheren und zuverlässigen Gesellschaft. Die meisten Jugendlichen verstehen Gesundheit als die Abwesenheit von Krankheit und sie sind insgesamt nur wenig durch Krankheiten betroffen. Mädchen und junge Frauen haben häufiger multiple psychosomatische Beschwerden, diagnostizierte psychische Krankheiten, Stress und moderate depressive Symptome im Vergleich zu Jungen bzw. jungen Männern. Bei drei Viertel der luxemburgischen Jugendlichen sind das affektive Wohlbefinden und die Lebenszufriedenheit mittel bis hoch. Entsprechend gering ist der Anteil der Jugendlichen, die unzufrieden mit ihrer Lebenssituation sind. Ein niedriger sozioökonomischer Status geht einher mit einer höheren Wahrscheinlichkeit für Übergewicht, multiple psychosomatische Beschwerden, psychische Erkrankungen, ein niedriges affektives Wohlbefinden sowie eine niedrige Lebenszufriedenheit. Im Zuge der Covid-19-Pandemie machen Jugendliche sich mehr Gedanken über ihre mentale Gesundheit. Je nach verfügbaren Ressourcen nahm ihre Lebenszufriedenheit ab, nur bei einer Minderheit stieg sie trotz der Pandemie an.

Mehr erfahrenRead moreEn savoir plus