Photo de Pawel Czerwinski via Unsplash.com

Consommation de substances chez les jeunes au Luxembourg : 2019 et 2020

2019 et 2020

Caroline Residori, Hamid Bulut, Lea Schomaker, Moritz Höpner, Robin Samuel

Boire, fumer, fumer du cannabis – quelle est l’ampleur de la consommation de substances psychoactives chez les jeunes au Grand-Duché ? Afin de refléter la consommation de substances chez les adolescents et les jeunes adultes au Luxembourg, des questions sur la consommation d’alcool, de nicotine et de cannabis ont été posées dans les enquêtes représentatives de la population Youth Survey Luxembourg (2019) et YAC (Young People and COVID-19, 2020). Il a notamment été demandé aux jeunes âgés de 12 à 29 ans s’ils avaient consommé ces substances au moins une fois au cours des 30 derniers jours. La présente page web présente les données d’enquête de 2019 et 2020 concernant la consommation de substances des jeunes luxembourgeois au moyen d’un outil de données interactif.

Résultats concernant la consommation de substances chez les jeunes au Luxembourg

En 2020, plus de la moitié des répondants (près de 68 %) ont déclaré avoir consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours. Un peu moins d’un cinquième des répondants ont déclaré avoir consommé du tabac et un peu moins d’un dixième ont déclaré avoir consommé du cannabis.

Dans la population au-delà du jeune âge adulte (Luxembourg Institute of Health, 2017) et dans la plupart des pays du monde (WHO, 2018), la consommation d’alcool est nettement plus répandue chez les hommes que chez les femmes. Pour les jeunes et les jeunes adultes au Luxembourg, il n’y avait toutefois guère de différences entre les sexes en matière de consommation d’alcool. En revanche, elles existaient bel et bien pour la consommation de tabac et de cannabis : les jeunes adultes masculins étaient deux fois plus nombreux que les jeunes adultes féminins à déclarer consommer du cannabis. En 2020, la consommation de tabac était également un peu plus répandue chez les hommes que chez les femmes. En comparaison internationale, les tendances entre les sexes étaient similaires pour la consommation de cannabis.

Pour l’alcool, le tabac et le cannabis, les modèles de consommation diffèrent selon l’âge. La proportion de consommateurs d’alcool est plus élevée dans chaque catégorie d’âge plus âgée. La proportion de consommateurs de tabac est plus faible dans la catégorie des 16-19 ans (ou 12-15 ans) que dans celle des 20-24 ans (ou 25-29 ans). La consommation de cannabis est la plus faible dans les catégories d’âge la plus jeune et la plus âgée et la plus élevée dans la catégorie d’âge moyenne.

La consommation d’alcool est la plus faible chez les étudiantes et les étudiants. Les répondants qui étaient au chômage au moment de l’enquête ont déclaré boire un peu plus d’alcool que les étudiants. C’est parmi les personnes actives que la consommation d’alcool était la plus répandue.

Pavel Pjatakov

Photo de Pavel Pjatakov via Unsplash.com

Découvre les données : consommation de substances dans le Data-Tool

Data-Tool

Bien lire le Data-Tool – Comparaison des données d’enquête

Le Data-Tool reproduit la consommation de substances des personnes interrogées en 2019 et 2020. Les chiffres pour l’année 2019 proviennent de l’enquête Youth Survey Luxembourg 2019, au cours de laquelle 2593 jeunes âgés de 16 à 29 ans ont été interrogés. Dans la recherche sur les enquêtes, les chercheurs écrivent ensuite cela de la manière suivante : n=2593, lire : « Le nombre de personnes interrogées était de 2539 personnes ».

Pour l’année 2020, les chiffres remontent à l’enquête YAC. Pour cela, 4189 jeunes âgés de 12 à 29 ans ont été interrogés au total. Il s’agit d’une tranche d’âge plus large que celle de l’enquête de 2019. Pourquoi est-il important d’attirer l’attention sur ce point ?

Les personnes qui utilisent l’outil de données pour comparer la consommation de substances entre 2019 et 2020 doivent garder à l’esprit que l’enquête YAC 2020 ne peut prendre en compte que les données des jeunes de 16 à 19 ans. Le « n » est donc plus petit lors de la comparaison ! En effet, les valeurs concernant les 12-16 ans n’ont pas de point de comparaison dans les données de 2019.

Conclusion : pas de différences statistiquement significatives dans la consommation de substances entre 2019 et 2020

Dans les groupes de substances alcool, tabac et cannabis, une tendance minimale à la hausse de la consommation peut être observée pour les années 2019 et 2020. En 2020, la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis sera marginalement plus élevée, de 0,4 à 1,4 points de pourcentage. Si l’on tient compte de la marge d’erreur stochastique, aucune différence statistiquement significative ne peut être observée. On ne trouve donc aucune preuve de différences dans la consommation de substances pour les années 2019 et 2020.

La comparaison internationale montre que la proportion d’enfants, de jeunes et de jeunes adultes au Luxembourg qui consomment de l’alcool, du tabac et du cannabis se situe dans la zone médiane.

Outre la (non) consommation actuelle analysée ici, la quantité consommée et la fréquence de la consommation sont des facteurs importants dans l’évaluation du risque pour la santé que représente la consommation de substances psychoactives.

De plus amples informations sur l’enquête du Youth Survey Luxembourg (2019) et d’autres résultats internationaux sont disponibles avec les liens ci-dessous.

Recommandations bibliographiques

Proposition de citation

Bulut, H., Residori, C., Schomaker, L., Höpner, M., & Samuel, R. (9 juillet 2021). Consommation de substances chez les jeunes au Luxembourg : 2019 et 2020.

https://doi.org/10.17605/OSF.IO/58AXU